Immobilier du canton – Bien choisir un diagnostiqueur à Genève

Le déclin de près de 58% des opérations immobilières de logements anciens en 2009 a engendré la fermeture de 2107 sociétés de négoce immobilières mais surtout la suppression de quelque 15.700 postes.
Le volume des accords devrait à coup sûr toujours s’affaiblir de plus en plus.

Faire la vente d’un logement n’est pas automatiquement compliqué, seulement les paperasseries sont désagréables et les démarches multiples.

En ce mois de fevrier, les prix du secteur immobilier dans le canton de Genève ne signale nul indice de déficience, en revanche. De ce fait les sommes évoluent considérablement.
Le relâchement du secteur n’est pas similaire sur l’ensemble du secteur.

Avec 31 à 43 % de transactions constatées en 2011, avec des prix qui demeurent réguliers dans la ville, pas de doute, Genève se porte bien !
« Dans l’immobilier, nous sommes revenus à un niveau de loyers d’avant récession et la reprise qui s’était amorcée dans la région depuis 2008 a été confirmée en 2011 », analyse Me Pierre Delage, coutumier des questions immobilières à la Chambre nationale des notaires.

De la même manière, les commerces de propriétés prestigieuses réalisent un renouveau formidable sur ce secteur, grâce l’entrée en scène d’acheteurs riches français.

Quand on tient à louer un studio dans le canton par une agence immobilière, il est primordial de préparer quelques frais. Certains de ces dépenses sont confirmées, néanmoins certaines peuvent être abusives.

Compte tenu de la tension immobilière, de de l’augmentation des cours de l’immobilier et de la revalorisation des taux d’emprunts, les Genevois doivent-ils se porter acquéreurs d’un bien en ce moment ?

Le secteur de l’immobilier haut de gamme fait face au sein des quartiers sélects du centre du Genevois. La ville de Genève continue cependant d’attirer les personnes fortunées qui pensent d’avantage au placement dans l’immobilier de standing.

Advertisements
This entry was posted in Immobilier Genève. Bookmark the permalink.